IMAGE NORMES

Qu’est-ce qu’un équipement de protection individuelle ?

Un équipement de protection individuelle (EPI) est un dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ainsi que sa sécurité :

  • « porté », au sens où on porte un vêtement de protection, des lunettes de protection, un casque, etc.
  • « tenu », au sens où on tient le produit dans la main, tel le soudeur qui tient l’écran qui lui protège le visage .
  • La qualification d’EPI suppose qu’un tel produit puisse être porté ou tenu par son utilisateur pendant la durée de l’exposition au risque : le produit doit être mobile .
  • L’EPI concerne la protection de l’utilisateur. N’est pas un EPI, par exemple, un masque de soignant qui serait uniquement destiné à protéger un patient .
  • L’EPI,a priori, crée un champ de protection du corps (renforts vestimentaires, filtrage de rayons, filtrage de sons, signalisation visuelle, etc.) contre le risque considéré .
  • L’EPI concerne la prévention du risque et non le traitement de l’accident (un dispositif qui serait fixé sur une personne inconsciente pour l’extirper d’une position escarpée ne pourrait être considéré comme un EPI) .
  • Toutefois, un dispositif d’alarme ou de détection sans capacité de protection intrinsèque n’est pas un EPI .
  • Tout EPI s’inscrit dans une catégorie de protection contre les risques : I (agressions mécaniques superficielles), II (risques intermédiaires entre I et III), III (risques très graves). A chaque catégorie est associée une procédure de l’évaluation de la conformité du modèle d’EPI, plus contraignante pour les catégories II et III, lesquelles font intervenir un organisme tiers évaluateur, dit« organisme notifié » .
  • Tout EPI mis sur le marché doit satisfaire aux exigences essentielles de santé et de sécurité, générales et particulières, le concernant, telles que fixées dans la directive du Conseil 89/686/CEE modifiée et ses textes de transposition en droit national .
  • La référence de l’EPI à une norme nationale transposant une norme harmonisée communutaire lui apporte une présomption de conformité aux exigences essentielles précitées.

Chaussures

n1

Prenez le temps d’analyser l’ensemble des risques liés à votre environnement de travail afin de choisir la chaussure qui vous garantira un maximum de protection en toutes circonstances.

Afin de faciliter la lecture, des marquages ont été créés :

n2

 

Norme EN ISO 20345:2011

Le marquage EN ISO 20345:2011 apposé sur les produits garantit en terme de confort et de solidité un niveau de qualité défini par une norme européenne harmonisée ainsi que la présence d’un embout de protection des orteils offrant une protection contre les chocs, équivalente à 200J et les risques d’écrasement sous une charge de 1500daN. Des exigences additionnelles peuvent être nécessaires suivant les risques susceptibles de se produire sur le lieu de travail. Pour connaître le degré de protection des chaussures, reportez-vous au tableau ci-dessous :

n3

Anti-bruit

Les normes EN 352-1, EN 352-2 et EN 352-3 traitent des exigences de sécurité et essais de protection contre le bruit, respectivement pour les serre-tête, les bouchons d’oreilles, et les serre-tête montés sur casques de protection dans l’industrie. 
La norme impose à l’employeur de limiter l’exposition des salariés à 87 dB(A) en tenant compte du port des protections auditives.

Les données d’atténuation des protecteurs se composent en trois types de valeurs : 
– La valeur SNR (signal-to-noise ratio) qui donne une atténuation moyenne du protecteur.
– Les valeurs H-M-L qui fournissent des atténuations moyennes pour les hautes (High), moyennes (Medium), et basses fréquences (Low).
– Enfin, les atténuations sur les fréquences 63 – 125 – 250 – 500 – 1000 – 2000 – 4000 – 8000 Hz.

Tableau d’affaiblissement  

Affaiblissement selon   EN 352 : 

n4

Casques de sécurité

 EN 397    Casque de sécurité

La norme EN 397 définit les exigences physiques concernant le matériau et le montage (harnais, jugulaire et les autres accessoires). Elle décrit les méthodes d’essai permettant de vérifier la conformité du casque avec les performances requises suivantes :

Caractéristiques obligatoires :
– Résistance au choc
– Résistance à la pénétration
– Résistance à l’inflammabilité

Caractéristiques additionnelles :
– Résistance au froid
– Résistance à la chaleur
– Résistance à l’électricité
– Résistance à la déformation latérale
– Résistance au métal en fusion

Enfin, elle décrit le marquage requis ainsi que les instructions spécifiques d’emploi.

Gants de protection

EN 420    Exigences générales pour les gants

La norme EN 420 spécifie les exigences générales en terme d’ergonomie, de dextérité, d’innocuité, de marquage, d’informations et de mode d’emploi.
Pour une utilisation optimale, il est important que le gant soit à la juste taille.
Pour vous aider à trouver la taille qui vous convient, reportez-vous au schéma et au tableau ci-dessous : 

n5

  EN 388    Gants de protection contre les risques mécaniques

n6Ce pictogramme est accompagné d’un code de 4 chiffres correspondant
aux niveaux de performance du gant selon 4 tests de résistance à : 2 1 4 2  

 

– L’abrasion (niveau 0 à 4) : nombre de cycles d’abrasion nécessaires pour user le gant.
– La coupure (niveau 0 à 5) : Nombre de cycles d’abrasion nécessaires pour couper le gant à une    vitesse constate.
– La déchirure (niveau 0 à 4) : Force nécessaire pour déchirer le gant.  
– La perforation (niveau 0 à 4) :
 Force nécessaire pour percer l’échantillon avec un poinçon standard.

Remarque : 
Le niveau 0 est le niveau le plus faible, le niveau 4 ou 5 étant le plus élevé. Ces niveaux sont garantis sur la paume du gant.
EN 511    Gants de protection contre le froid

La norme EN 511 spécifie les capacités de résistance thermiques et d’isolation du gant.

Les tests de référence sont : 

– La résistance au froid convectif (niveau 0 à 4)
Ce sont les propriétés d’isolation thermique du gant, qui sont obtenues en mesurant le transfert du froid par convection.

– La résistance au froid de contact (niveau 0 à 4) 
C’est la résistance thermique du matériau composant le gant lorsqu’il est en contact avec un objet froid.

– L’imperméabilité à l’eau (niveau 0 à 1) 
0 = pénétration de l’eau après 30 minutes d’exposition ;
1 = aucune pénétration d’eau.

Remarque :
Tous les gants doivent atteindre au minimum un niveau de performance 1 pour l’abrasion et la déchirure (voir ci-dessus).

La norme EN 388 (Résistance mécanique)

n8

 

La législation Européenne impose aux fabricants d’indiquer clairement le niveau de résistance de leurs gants de protection contre les risques dits « mécaniques », ce que l’on appelle la norme EN 388.

Les gants sont donc testés et afin de rendre le résultat lisible, vous trouverez sur chaque gants de bonne qualité :

> Un pictogramme «Risques mécaniques» symbolisant la résistance dite mécanique des gants de protection

Quatre chiffres (en dessous du pictogramme) correspondants au niveau de résistance aux agressions suivantes :

  1. Résistance à l’abrasion(de 1 à 4) : est déterminée par le nombre de cycles d’abrasion nécessaires pour user l’échantillon du gant.
  2. Résistance à la coupurepar lame (de 1 à 5) : est déterminée par le nombre de cycles nécessaires pour couper l’échantillon à une vitesse constante. (concerne les lames droites)
  3. Résistance à la déchirure (de 1 à 4) : est la force nécessaire pour déchirer l’échantillon.
  4. Résistance à la perforation(de 1 à 4) : est la force nécessaire pour percer l’échantillon avec un poinçon standard.

La norme EN 407 (Résistance à la chaleur et au feu)
1654La législation européenne impose aux fabricants de gants d’indiquer clairement le niveau de performance thermique de leurs gants (protection contre la chaleur et/ou le feu) ce que l’on appelle la norme EN 407

Les gants sont donc testés et vous trouverez de noté sur chacun des gants concernés par un contact avec la chaleur :

Un pictogramme «Risques chaleur et flamme» correspondant à la résistance des gants à la chaleur et/ou au feu

Six chiffres (en dessous du pictogramme) illustrants le niveau de résistance des gants à la chaleur ou au feu en fonction de critères d’utilisations très précis, ci-dessous :

  1. Résistance à l’inflammabilité(niveaux de performance de 0 à 4)
  2. Résistance à lachaleur de contact (niveaux de performance de 0 à 4)
  3. Résistance à lachaleur de convection (niveaux de performance de 0 à 4)
  4. Résistance à lachaleur rayonnante (niveaux de performance de 0 à 4)
  5. Résistance à depetites projections de métal en fusion (niveaux de performance de 0 à 4)
  6. Résistance à d’importantes projections de métal en fusion(niveaux de performance de 0 à 4).

La norme EN 511 (Résistance au froid)

6456

La législation Européenne impose aux fabricants de gants de protection de noter clairement le niveau de performance de leurs gants contre le froid (froid de convection et froid de contact à -50°). Les gants sont donc testés et vous retrouvez une indication spécifique et visible sur chacun des gants :

Un pictogramme «Risques par le froid»

Trois chiffres (en dessous du pictogramme) représentant la propriété spécifique de protection :

  1. Résistance aufroid de convection (de 0 à 4) : Propriété d’isolation thermique du gant obtenu par la mesure du froid par convection
  2. Résistance aufroid de contact (de 0 à 4) : Résistance thermique du matériau du gants en contact avec un objet froid
  3. Perméabilité à l’eau(0 ou 1) : La note 0 veut dire qu’il y a pénétration d’eau après 30 mn d’exposition ; La note 1 signifie qu’il y a aucune pénétration d’eau.

Gants de protection contre les risques irréversibles

Gants conformes aux exigences générales de la norme EN 420:2003 et ayant obtenu un classement de performances pour les caractéristiques pour des applications particulières telles la chaleur de contact supérieur à 100°C (EN407:2004) et les risque chimiques (EN374-3:2003).

56

3638

Gants de protection contre les produits chimiques
Les niveaux de performances à la perméation expriment les temps de passage pour chaque produit testé au travers du gant comme indiqué ci-après :

Niveaux de
performance
Temps de
passage
1 > 10 min.
2 > 30 min.
3 > 60 min.
4 > 120 min.
5 > 240 min.
6 > 480 min.
  Un gant résistant aux produits chimiques est un gant étanche selon EN374-2:2003 et qui a obtenu un indice de performance au moins égal à 2 pour trois produits de la liste ci-dessous :

A = méthanol ;
B = acétone ;
C = acétonitrile
D = dichlorométhane ; 
E
 = carbone disulfure ;

F = toluène ;
G = diéthylamine ;
Y = tétrahydrofurane ; 
I
 = acétate d’éthyle ;

J = n-heptane ;
K = soude caustique 40% ;
L = acide sulfurique 96%

 

Lunettes et visières de protection

  EN 166     Protection individuelle de l’œil
La norme EN 166 s’applique à tous types de protecteurs individuels de l’œil pouvant être utilisés pour protéger l’œil d’un danger pouvant l’endommager ou altérer la vision. Ceci à l’exception des rayonnements d’origine nucléaire, des rayons X, des émissions laser et des rayonnements infrarouges émis par des sources à basse température.
La norme spécifie le marquage obligatoire des branches (ou masque) et des oculaires.
Le marquage des oculaires doit contenir les informations suivantes :

  • La classe optique :

Classe optique 1 – Qualité optique pour travaux continus
Classe optique 2 – Travaux intermittents
Classe optique 3 – Travaux occasionnels uniquement

  • Les symboles de résistance mécanique :6515663358  EN 169  Filtre pour le soudage passif
    La norme EN 169 donne les numéros d’échelon et les spécifications de transmission des filtres destinés à assurer la protection d’opérateurs effectuant les travaux concernant le soudage, le soudobrasage, le gougeage à l’arc et le coupage au jet de plasma.
      EN 170  Filtre pour l’ultraviolet
    La présente Norme européenne spécifie les numéros d’échelon et les exigences relatives au facteur de transmission des filtres de protection contre le rayonnement ultraviolet.

Respiratoires

  EN 136   Appareils de protection respiratoire – Masques complets

La norme EN 136 fixe les exigences minimales des masques complets pour appareils de protection respiratoire.
Elle contient des essais en laboratoire et des essais pratiques de performance pour s’assurer de la conformité avec les exigences ci-dessous :
– résistance à la température
– résistance aux chocs
– résistance à la flamme
– résistance au rayonnement thermique
– résistance à la traction
– résistance aux produits de nettoyage et de désinfection.
  EN 140   Appareils de protection respiratoire – Demi-masques et quarts de masques
La norme EN 140 spécifie les caractéristiques minimales à exiger des demi-masques et quarts de masques destinés à être utilisés avec les appareils de protection respiratoire.
Elle contient des essais de laboratoire et des essais pratiques de performance pour assurer la conformité avec les spécifications ci-dessous :
– résistance aux chocs
– résistance aux produits de nettoyages et de désinfection
– résistance à la flamme
– résistance respiratoire.
  EN 141    Filtre anti-gaz
La norme EN 141 définit l’utilisation des filtres anti gaz / vapeurs selon la nature des gaz / vapeurs à filtrer classée par une lettre et un code couleur.
Classification selon leur capacité de filtration

Type de filtration Code couleur Type de protection
Type A   Contre les gaz et vapeurs organiques dont le point d’ébullition est > à 65°C (solvants et hydrocarbures)
Type AX   Gaz et vapeurs organiques dont le point d’ébullition est < à 65°C
Type B   Contre les gaz et vapeurs inorganiques, sauf l’oxyde de carbone
Type E   Contre le dioxyde de soufre et certains gaz et vapeurs acides
Type K   Contre l’ammoniac et certains dérivés aminés

Elle définit également la capacité du filtre et une concentration maximale de toxique autorisée dans l’air pollué.

Classification selon leur capacité d’absorption

Classe 1 Filtre à faible capacité (concentration de polluant < à 0.1 % ou 1000 ppm*).
Classe 2 Filtre à capacité moyenne (concentration de polluant < à 0.5 % ou 5000 ppm*).
Classe 3 Filtre à forte capacité (concentration de polluant < à 0.1 %).

*ppm : concentration en parties par million

  EN 143   Filtres à particules
La norme EN 143 définit les exigences en termes de pénétration et de résistance respiratoire des filtres à particules qui équipent les demi-masques et masques complets.
Classification selon leur capacité de filtration

Type de filtration Type de protection
P1 (FFP1) Pour protéger des particules solides grossières sans toxicité spécifique (carbonate de calcium)
P2 (FFP2) Contre les aérosols solides et / ou liquides indiqués dangereux ou irritants (silice, carbonate de sodium)
P3 (FFP3) Contre les aérosols solides et / ou liquides toxiques (béryllium – particules radioactives)